d a n s e (1)

Rosalind Crisp danse (1) photo P. Berger

L’enjeu pour Rosalind Crisp est de s’exposer à une durée continue de cinquante minutes et d’explorer comment ce travail en solo, dans une proximité variable avec le public, peut se transformer dans le temps.

La pièce commence par une projection sur grand écran (ou mur) de la vidéo d a n s e d’Eric Pellet. Puis Rosalind investit l’espace dans lequel sont installées des « stations »  de danse : écrans, boite lumineuse d’environ 4 m2 diffusant une lumière blanche, place d’Isabelle Ginot…

Le public peut circuler ou s’asseoir sur des bancs disposés à proximité de ces stations. Rosalind compose avec la présence des spectateurs dans l’espace et fait travailler certains modes relationnels avec eux  – tels que la distance, l’adresse directe ou indirecte, le regard -, dans une écoute permanente. Voyage très personnel, ce solo est complètement influencé par son environnement et l’influence en retour.

Isabelle Ginot dialogue avec la danse en direct sur son ordinateur portable : son texte, – tantôt commentaire, tantôt élaboration fictionnelle sur la danse -, est simultanément projeté sur deux écrans distants. Le public a ainsi accès à de multiples points de vue : à la fois dans l’espace, mais aussi en suivant le regard d’Isabelle.

Dans les dernières minutes de la pièce, l’espace est envahi par une musique rock’n roll, très puissante, qui donne encore une nouvelle perspective à la danse tout en soulignant sa dimension charnelle.

d a n s e (1) peut être présenté sur des scènes ou dans des lieux atypiques, pourvu que le public et la danseuse puissent évoluer dans un vaste espace commun.  Chaque représentation constitue un événement unique. C’est une matière vivante, évolutive, dans un espace sans cesse renouvelé.

conception et chorégraphie Rosalind Crisp
danse Rosalind Crisp
assistant chorégraphique Andrew Morrish
texte et regard intérieur Isabelle Ginot
musique Jimi Hendrix ou Janis Joplin
lumière et direction technique Marco Wehrspann
création vidéo  Eric Pellet, Le Fresnoy
espace scénique Rosalind Crisp et Marco Wehrspann
durée 50 minutes
création le 12 mai 2006
à la Condition Publique – Roubaix

tournées Mains d’œuvres Saint-Ouen (2006), Taichung Culture Centre Taiwan (2006), Greenwich Dance Agency London (2007), Centre des Bords de Marne Le Perreux – Biennale nationale de danse du Val-de-Marne (2007), Performance Space Carriageworks Sydney (2007), Dancehouse Melbourne (extraits) (2007), Soirées MC2 Grenoble (extraits) (2009), Platform Zagreb (2009), Zodiak Helsinki Finlande (2010)

effectif en tournée 5 personnes (1 technicien, 1 danseuse, 1 assistant chorégraphique, 1 écrivaine, 1 tour manager

besoins techniques espace ouvert sans gradin où le public peut circuler / hauteur sous grill : 5 mètres minimum / 2 murs ou écrans pour de la projection vidéo / transport de la boîte lumineuse

production Association Omeo Dance – Compagnie Rosalind Crisp

coproduction Centre chorégraphique national de Roubaix Nord-Pas de Calais; La Condition Publique – Roubaix.

avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France- ministère de la Culture et de la Communication – au titre de l’aide au projet; l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson; la Biennale nationale de danse du Val de Marne – Centre de Développement Chorégraphique; Le Fresnoy – Tourcoing.