d a n s e dans la presse


  • No-one will tell us... Festival Dance Massive, Melbourne, mars 2011
    « Au-delà de l'analogie, le mouvement de Crisp est étonnant dans son altérité pure... la syntaxe standard de la danse est effacé. C'est magique. ...Personne ne va nous dire (les artistes) ce qu'il faut faire, (le public) ce que cela signifie, (quelqu'un) ce qu'il est. Eh bien, c'est la danse, danse théâtre même, comme jamais auparavant. »
                                                                                                                                       
    Keith Gallasch, RealTIme, avril/mai 2011    
    http://www.realtimearts.net/feature/Dance_Massive_2011/10241


  • No-one will tell us... trio 2010au festival transfrontalier, Luxembourg
    « Une technique à nulle autre pareille... Ce qui pourrait s'apparenter à un exercice de style laborieux chez un apprenti chorégraphe, relève ici du grand art. »
                                                                                                                    Marie-Laure Rolland, Luxemburger Wort, 27 mai 2010 

  • No-one will tell us... trio 2010à l’étoile du nord, Paris
    « En invitant sur scène un musicien et un performer, Rosalind Crisp ouvre son univers à l'autre, dans une volonté de partage. Une danse du possible qui devient celle de la rencontre.(…) Très vite, on comprend qu'il ne s'agit pas, dans cette pièce, de donner à voir mais aussi à sentir; il ne s'agit pas de produire des effets mais de laisser les éléments se rencontrer, se bousculer, se faire écho dans l'instant. »
                                                                                                                                          Mélanie Papin, PARISart, octobre 2010 


  • danse (1) , solo 2006/2007 au Performance Space CarriageWorks Sydney
    « ... a rare chance to see a dance maker at the top of her game. »
                « ... une rare chance de voir une chorégraphe au sommet de son art. »
                                                                                                                                Deborah Jones, The Australian, 1er juin 2007 

  • danse (1) , solo 2006, à la Condition Publique, Roubaix
    « Un spectacle hautement graphique... Dubitatifs ou emballés, les spectateurs partagent une fascination pour cette danse tonique où le cœur captive l’œil. Une performance étonnante... Une artiste unique.»
                                                                                                                                    Benjamin Dhier, Nord Eclair, 14 mai 2006 
  • dance, quatuor 2005, à la Dancehouse, Melbourne
    « Ce travail, c’est l’idée même de la danse. C’est extrême, c’est ludique, c’est raffiné et risible à la fois. Il n’offre pas de résolution ni de narration ni de sens prescrit (mais il est possible de trouver chacun de ceux-ci si vous le désirez). Il offre le corps comme site de pratique, comme réceptacle d’humanité et de sens, comme un medium vital et indéniable pour la communication et comme une merveille physiologique. Vous ne verrez rien de tel nulle part ailleurs. »
                                                                                                                  David Corbet, Melbourne Stage-online, décembre 2005 

  • ducktalk, solo 2004, au Performance Space, Sydney
    « (...) Crisp provoque chez le public des réponses viscérales extraordinaires (...) nous emportant littéralement dans son espace et dans sa respiration même. »
                                                                                                                              Lee Christofis, The Australian, novembre 2004 

  • tread, quatuor 2003, à l’Espace culturel du Kremlin Bicêtre/ Biennale nationale du Val de Marne
    «Rosalind Crisp sculpte la danse comme d’autres les phrases. C’est parfaitement beau et riche en signification.»
                                                                                                                                     Muriel Steinmetz, L’Humanité, mars 2003 

  • raft, solo 2002, au Centre des Bords de Marne/ festival Novembre Australien Biennale du Val de Marne
    « soliste charismatique, Rosalind Crisp possède en effet un rare don de présence qui lui permet d’investir pleinement l’espace scénique... (elle) ne fait jamais oublier qu’elle danse à chaque instant avec l’ensemble de son corps... »     
                                                                                                                                             Maria-Daniella Strouthou, La Terrasse, février 2003